Une transition effectuée dans la continuité de l’action

L’année 2015 a été marquée par le renouvellement du Conseil d’Administration et de l’équipe dirigeante de l’association. Le Conseil d’Administration a été fortement renouvelé et rajeuni en intégrant des élus ayant une bonne expérience dans les structures locales. Le Bureau national a aussi bénéficié de cette cure de renouvellement et de rajeunissement en mêlant l’expérience des structures nationales et locales. L’équipe précédente avait bien préparé le terrain et a permis cette transition en douceur avec pour seule ambition partagée avec la nouvelle équipe, la poursuite des actions en matière sociale qui sont le fondement même du CAES du CNRS.
Je veux parler de la priorité accordée à la politique en faveur de l’enfance, du handicap et de la solidarité. Mais aussi de celle accordée aux actions en matière de politique familiale incluant les offres en matière de vacances (en famille et en colonies) en tenant compte de l’évolution des  structures familiales. Il ne faut pas non plus oublier notre action au quotidien et au plus près des agents au sein des structures locales qui sont la base de nos projets communs et surtout la politique de tarifs dégressifs qui permet un accès équitable à tous.

 

Les bénéficiaires du CAES

Ils sont plus de 11244 agent(e)s et retraité(e)s ou encore leurs veufs (ves) qui bénéficient  chaque année de tout ce que le CAES leur propose, au niveau local et national, les activités pour leurs enfants, les voyages, les séjours en vacances, dans nos villages ou ceux de nos partenaires, les activités sociales, culturelles et sportives.

Mais aussi, ces bénéficiaires ne sont pas les mêmes d’une année sur l’autre le taux de renouvellement est voisin de 33%, on peut ainsi estimer qu’en 5 années plus de 60 % des ayants droit ont bénéficié des actions du CAES.

 

L’enfance, notre priorité

Le bilan 2015 est contrasté, la politique de l’état sur les rythmes scolaires a fortement impacté nos résultats. 2015 est l’année lors de laquelle l’impact de cette réforme a été total. Les résultats de 2014 nous avaient alertés sur une fréquentation en baisse de nos accueils de loisirs sans hébergement (ALSH) propres ou en partenariat. Mais les actions au niveau des collectivités territoriales devaient nous permettre, du moins le pensions-nous d’amortir le choc. Les équipes municipales se sont cherchées et ont fait évoluer leurs propositions pendant les trois années scolaires de l’application de ces nouvelles règles. Il nous a fallu alors repenser notre action au niveau de nos ALSH propres, en améliorant une offre de service s’adaptant au plus près aux conditions de proximité entre lieu de travail des parents et de scolarisation des enfants. La qualité du service rendu dans nos structures propres et les structures gérées en partenariat avec des associations a permis la fidélisation des agents et à moins subir les effets de la réforme.

Les séjours en colonie de vacances sont en progression également de 343 nuitées.

 

Les vacances, un point fort de notre activité

Nos villages de vacances sont depuis toujours particulièrement appréciés par les agents. Le nombre total de nuitées (colloques compris) progresse de 1203 unités pour atteindre presque 110000 nuitées. Les travaux de réfection effectués à Fréjus et Oléron lors du précédent mandat ont été intégrés par les vacanciers. Une nouvelle équipe de direction a été mise en place au village de la Vieille Perrotine , elle a désormais pris ses marques.

 

Les sections locales, notre contact au quotidien avec les agents

La vie au quotidien du CAES se déroule dans nos structures locales. Elles développent leurs actions dans une volonté de créer du lien en pratiquant ensemble des activités sportives et culturelles, renforçant ainsi l’esprit d’appartenance au CAES. La volonté de soutien de ces structures est intacte au sein du Conseil d’Administration et une subvention de 602 k€ leur a été attribuée pour servir une population de 28 590 actifs et 4 561 retraités.

 

Le sport et la culture, une politique nationale d’incitation

Ces deux commissions ont pour but de favoriser des actions d’envergure nationale et, par définition donc, inter-régionales, c’est un rôle qu’elles assument pleinement. La commission sport a été dotée d’un budget de 10 801€ et a subventionné 4 manifestations sportives nationales. La commission culture a bénéficié d’une dotation de 70 k€ mais sa programmation a souffert des attentats du 13 novembre 2015.

 

Solidarité-Handicap : pour les agents en difficulté

Son travail au contact des agents qui éprouvent des difficultés temporaires (difficultés de la vie passagères) ou permanentes (handicap) est un élément capital dans l’action sociale du CAES.

 

La communication : le relais indispensable

Par le biais des publications papier et électronique elle assure la diffusion de l’information à tous les agents. Par le CAES Le Magazine elle fait découvrir la vie au quotidien des régions CAES et met l’accent sur les talents dont regorge le CAES.

 

Les finances : un rôle obscur mais primordial

L’élaboration du budget et le suivi de son exécution constitue son objet principal, mais elle a aussi un rôle prépondérant dans les grands projets du mandat, comme les travaux dans les centres de vacances mais aussi la modernisation des procédures (moyens de paiement, dématérialisation…).

 

La gestion des ressources humaines : le CAES employeur

Le CAES emploie en 2015 directement 326 personnes (dont 69 CDI). Cet effectif est en légère hausse. Il vient compenser la diminution régulière depuis 2012 du nombre d’agents CNRS affectés au CAES, le nombre d’ETPT (équivalent temps plein travaillé), tout personnels confondus, reste stable.

Le CAES joue pleinement son rôle d’employeur par sa politique en faveur des évolutions de carrière et en ayant une politique volontariste de formation des agents.

 

La dématérialisation des procédures

Un des objectifs de ce mandat est la dématérialisation complète des procédures au CAES. L’utilisation des nouvelles technologies est bien ancrée dans le mode de vie de nos adhérents qui sont en plus demandeurs d’une évolution au sein du CAES. Le précédent mandat avait lancé cette opération sur un premier chantier : les Chèques-Vacances, le module a été mis en place en octobre 2015 pour la campagne 2016. 80% des dossiers ont été déposés sous format dématérialisé et leur traitement a été effectué dans un délai moyen de 48 heures. Ceci prouve bien que les agents CNRS étaient dans l’attente de la mise en place d’une telle procédure.
La volonté du CAES est de passer progressivement à une dématérialisation complète à l’horizon 2018 des toutes les procédures pour toutes les prestations au National et en Région, tout en laissant le choix aux agents de l’utiliser ou pas.

Vous trouverez dans les pages suivantes les rapports d’activité complets et bien plus précis des différentes commissions que ce survol général de l’association en 2015.

 

Toutes ces actions sont réalisées dans un contexte financier contraint. La subvention accordée par le CNRS n’est pas à la hauteur de nos attentes. Certes, des contraintes budgétaires fortes existent sur le CNRS de la part des politiques gouvernementales. Mais la convention signée avec le CNRS en 2010 et prolongée par avenant depuis 2015 stipule un objectif d’augmentation.

Le gel du point d’indice augmente mécaniquement la demande sociale de la part des agents. La situation financière de nos ouvrants droit ne s’améliorant pas, les agents cherchent davantage l’aide du CAES et le volume total de nos activités est en progression chaque année. Les réponses sont de plus en plus difficiles à trouver en période de crise. Mais notre mission première est de répondre le mieux possible aux demandes de nos agents et nous nous y efforçons chaque jour.

Le premier rapport moral d’une mandature est l’occasion de présenter à notre association les grands axes de nos actions à venir. Elles s’orienteront selon trois principes : un CAES encore plus solidaire, un CAES plus accessible et un CAES aux outils rénovés.

Le CAES encore plus solidaire visera à servir au plus près les populations qui en ont le plus besoin : les catégories les plus modestes, les personnes en situation handicapante, les familles monoparentales. Mais la solidarité passe aussi par une meilleure connaissance de l’autre et tout ce qui permettra le vivre ensemble au travers d’événements récurrents ou exceptionnels (culturels, sportifs ou simplement conviviaux) sera favorisé.

Le CAES plus accessible mettra en place des nouveaux outils dans le domaine structurel et fonctionnel : refonte des règlements intérieurs, adaptation aux réorganisations géographiques de la recherche, finalisation de la dématérialisation des procédures pour une accessibilité directe des agents à nos prestations. Cette évolution devra s’accompagner d’un changement dans notre politique de communication.

Le CAES aux outils rénovés devra mettre à disposition un patrimoine de villages de vacances aux standards actuels que ce soit au niveau de la prestation hôtelière que des moyens de communication modernes indispensables et réclamés par les organisateurs de colloques et séminaires mais aussi par les familles en vacances. Nous sommes maintenant tous complètement intégrés dans un monde connecté. Le projet Aussois devrait être bouclé pour la fin du mandat, au moment où nos capacités financières seront optimales pour se lancer dans un projet d’envergure. Ce projet n’oblitérera pas des actions, de moindre envergure certes, mais néanmoins indispensables pour nos autres villages de vacances que ce soit en amélioration de l’accueil et des prestations en général mais aussi pour les personnes en situation de handicap.

Il nous faudra enfin dynamiser nos partenariats avec les structures sœurs au sein des autres organismes de recherche, elles ont toutes leurs spécificités mais elles ont toutes le même but : celui de servir au mieux leurs agents.

 

Il est très clair que toutes les volontés seront nécessaires pour mener à bien ce projet de mandat et les élus nationaux et locaux répondront présent pour y arriver.

Je terminerai ce propos pour remercier l’équipe précédente menée par Jacky Hirsch qui nous a laissé un CAES en parfait état de marche et vous remarquerez à la lecture de la totalité de ce rapport annuel à l’Assemblée Générale que la passation s’est passée en douceur et que la situation du CAES est satisfaisante.

 

Jean-Marie Dewarumez
Président du CAES du CNRS

Sahbi Selmane

L’Année 2015 a vu l’élection d’un nouveau conseil d’administration. Celui-ci, dans sa séance constitutive du 3 juin, a élu les membres du bureau national ainsi que les membres composants les commissions afférentes aux différents secteurs d’activité de l’association. Les groupes de travail ont pris leurs marques sous la responsabilité de leurs nouveaux présidents avec un soutien remarquable des professionnels en charge des dossiers. Durant la fin du printemps et tout l’été, le propriétaire des locaux du siège a procédé à la rénovation complète du réseau de distribution basse tension et remplacé le chauffage électrique par un système de climatisation réversible. Une partie du mobilier vétuste et la totalité des sols ont également été remplacés à cette occasion.

Dix-sept réunions du bureau national se sont tenues, dont une en avril à la maison Clément, les quatre dernières de l’année ont eu lieu avec sa nouvelle composition. La plupart des réunions internes au CAES se déroulent également avec la facilité d’être en visioconférence.
En novembre, une réunion de présentation de la nouvelle équipe au DGDR et DRH a eu lieu au CNRS.
Le conseil d’administration s’est réuni cinq fois, le CA d’octobre s’est déroulé à la villa Clythia.
L’assemblée générale statutaire et l’assemblée générale des sections locales et SERAS se sont tenues en juin au village de la Vieille Perrotine.
Plusieurs réunions ont eu lieu avec le service du développement social et les membres statutaires pour ce qui concerne le dialogue de gestion partenarial et le secteur en convention.
Les présidents de région ont été réunis deux fois, fin mai au siège et début novembre à Meudon. Dans le cadre de la “fusion réorganisation” en cours des délégations CNRS de la région Parisienne, deux premières réunions des présidents de région IDF ont eu lieu au siège.
L’année 2015 marque également le début du passage au tout numérique qui nécessite des changements profonds d’organisation et des méthodes de travail des élus et des professionnels du CAES.

 

Sahbi Selmane
Secrétaire général du CAES

Christophe Herrmann

Le chiffre d’affaires net hors subventions, du CAES au titre de l’année 2015, toutes activités confondues s’élève à 7 542 k€. Il reste stable en comparaison de l’année 2014, en diminution de 54 k€ (-0,7 %).

 

Analyse des charges d’exploitation

La charge de fonctionnement (Siège) du CAES du CNRS d’un montant de 1 992 k€ (+12%)  représente 14 % de la totalité des charges.

La charge du secteur Région est de 2 512 k€ (+5%). La hausse provient principalement d’une variation de +9% de la masse salariale liée en grande partie à des indemnités de départs en retraite.

Pour le secteur Enfance, la charge de 2 570 k€ (-3%) est constituée majoritairement du versement des tarifs dégressifs. Le nombre de journées en accueil de loisirs  marque un recul suite à la généralisation du changement des rythmes scolaire, la charge est de 832 k€ (-12%). La participation financière aux voyages scolaires et aux colonies de vacances  est de 1 499 k€ (+5%), le nombre de journées est en hausse à 20 584 (+1075).

Le secteur Vacances, qui regroupe les activités de nos villages de vacances, des villages extérieurs et des voyages, représente une charge de 6 958 k€ (-2%). Néanmoins, cette année encore, il bénéficie du dynamisme de l’organisation des colloques du village de La Vieille Perrotine à Oléron, de la Villa Clythia à Fréjus, de la maison Clément dans les Cévennes et du Centre Paul-Langevin à Aussois. Le nombre total de nuitées est en hausse à 109 728 € (+1203).

Les charges des secteurs Solidarité Handicap 84 k€ (-1%), Communication 107 k€ (-1%) sont stables. La Culture 49k€ (-46%) est directement impactée par l’actualité tragique de 2015, conduisant les organisateurs à annuler certains évènements. 2015 est aussi une année sans festival biennal d’Oléron.

 

Affectation des charges d’exploitation CAES 2015

 

Le résultat d’exploitation

Le résultat d’exploitation est déterminé par la différence entre les produits d’exploitation pour 14 261 501 € et les charges pour 14 043 776 €, il présente un solde positif de 217 725 €.

 

 Résultat d’exploitation  + 217 725 € Le résultat financier négatif de 87 574 € est composé du montant des charges financières de 153 815 € diminué des produits financiers liés à la gestion de la trésorerie pour un montant de 66 242 €.

Le résultat positif exceptionnel est de 92 966 €, il inclut le rachat de nos parts dans la SCI “Le Yotel” à Cogolin.

L’impôt société est de 69 432 € en hausse de 17 187 € (+ 33 %) par rapport à l’exercice 2014.

L’addition de ces éléments fait apparaître un résultat positif de l’exercice 2015 de 153 685 €.

 Résultat financier  – 87 574 €
 Résultat exceptionnel  + 92 966 €
 Impôts société  – 69 432 €
 Résultat de l’exercice  + 153 685 €

 

Évolution des produits et charges de 2008 à 2016 (en k€)

Le tableau d’évolution de la totalité des produits et charges de l’association montre en comparaison de l’exercice de l’année 2014 une hausse des produits de 175 k€ et une hausse de 94 k€ des charges.

 

Investissements

Notre capacité d’autofinancement (CAF) de l’année 2015 s’élève à 885 k€. Elle est composée essentiellement du résultat de l’exercice  plus la dotation aux amortissements et aux provisions, moins les reprises de provision ainsi que la part de subvention d’investissement. La capacité d’autofinancement permet, sous réserve de réaliser des exercices positifs, de prévoir la réalisation de travaux d’importance ou d’investissements ambitieux.

Depuis deux ans le montant de nos remboursements d’emprunts diminue, cette conjoncture favorable pour les finances de l’association, a permis un effort  supplémentaire sur l’entretien et l’investissement. Ainsi nous avons installé un mobil home pour personne à mobilité réduite à Oléron, en parti financé par notre partenaire CAESUG en 2014. Nous avons rénové les ascenseurs du centre Paul Langevin. Nous avons également mis à profit la période de travaux imposés par le propriétaire du siège pour changer les revêtements de sol et une partie du mobilier. Nous avons confirmé notre participation dans la SCI “la grande baie” à La Palmyre pour un montant de 108 k€.

Compte tenu de ces éléments, un prélèvement de 118 k€ est effectué sur le fond de roulement  du CAES, le portant à 1412 k€.

 

Conclusion

Dans un contexte défavorable de stagnation de la subvention pour activités diverses versée par le CNRS, à 5 852 k€, le CAES maintient un haut niveau d’activité. Nous entretenons nos villages de vacances dans la mesure de nos capacités de financement et développons nos secteurs d’activité en fonction des besoins sociaux grandissants. En parallèle nous mettons en place les conditions financières nécessaires à la réalisation du grand projet de rénovation du centre Paul Langevin.

Les finances du CAES du CNRS sont saines.

 

 

Christophe Herrmann
Trésorier du CAES du CNRS

Rapports d’activité des Commissions du CAES du CNRS

Guy Genin

2015, année charnière à plus d’un titre ! Changement d’équipe en milieu d’année, nouveaux objectifs donnés pour cette nouvelle mandature. Heureusement, la commission Communication a eu la chance d’être dotée (Conseil d’administration constitutif de juin 2015), de 8 élus, pleinement conscients de l’enjeu des 4 ans à venir pour le CAES et appartenant à toutes les tendances syndicales… Atout précieux pour satisfaire aux exigences des 2 axes de travail confiés par le CA à cette commission : amplifier l’image donnée par le CAES à tous les niveaux de communication et poursuivre nos productions documentaires en s’adaptant aux modes de pensée et aux outils techniques actuels.

Dès leur première réunion, les élus en symbiose avec nos professionnels (5 au service Culture/Communication) ont repensé notre “Com”, en tenant compte des réactions de tous, autant en interne qu’auprès de nos adhérents… qui subissent l’évolution profonde d’un contexte de vie en plein changement, familial, professionnel et sociétal. La dématérialisation, étape vers un tout numérique dans un avenir proche, en est un exemple, véritable enjeu à relever rapidement avec le soutien de nos adhérents.

C’est ainsi que la commission Communication a dû faire face à des problèmes inhabituels et délicats à gérer car ils engagent fortement l’association sur le court ou le moyen terme :

  • évolution des personnels impactée par la reconduction des départs en retraite (avec seulement 1 pour 2 au CNRS), adaptation des profils de poste aux nouveaux besoins.
  • parallèlement au travail courant, préparation du chantier “dématérialisation” qui demande une anticipation de plusieurs mois.

 

Le premier bilan après 7 mois :

  • au niveau conceptuel, étude d’un schéma directeur de la commission Communication à inscrire dans le schéma général rénové du CAES, analyse du virage de la dématérialisation, volonté d’être plaque tournante d’informations au service des structures du CAES, commissions ou services qui en expriment le désir.
  • au niveau logistique, une commission Communication (2 réunions par trimestre, adaptées aux besoins en cours, réflexions très denses dans une sympathique ambiance), un comité de rédaction (1 réunion par mois), l’ancien comité éditorial transféré en axe de travail de la commission Communication, les diffusions des informations du CAES sur papier et numérisées :
    E-lettre du CAES (5 par an, 15000 destinataires)
    E-lettre des Colloques (4 par an, 1078 destinataires)
    La Gazette de l’IntraCaes (20 par an, 314 destinataires)
    La Lettre du CAES (1 par an à l’occasion de l’Assemblée générale),
    CAES Le Magazine (3 numéros par an)
    Les catalogues vacances (2 par an, en août pour l’hiver, en décembre pour l’été)
    Enfin les multiples productions (affiches, cartes, plaquettes, recueils…)

Un début prometteur pour valoriser l’action sociale du CAES auprès de tous !

 

Guy Genin
Président de la Commission

Monique Matignon-Boujot

En écho à l’article 2 des statuts du CAES “promouvoir, étudier, organiser, développer, réaliser et aider toute oeuvre, tout projet et toutes activités de caractère social, culturel, éducatif et sportif”, la commission Culture a pour mission de favoriser l’accès du plus grand nombre à la pratique, l’offre et la connaissance culturelles. Dans cette perspective, elle encourage la création ou toute forme d’expression artistique initiées par des agents et favorise la rencontre et l’échange par une pratique culturelle collective non consumériste et non élitiste.

La commission Culture est composée de 4 élus au Conseil d’administration. La mise en oeuvre de sa politique est assurée par 2 professionnels qui travaillent à Vincennes. Elle intervient à tous les niveaux de l’association avec, lors du deuxième semestre 2015, la volonté affichée de consolider le rapprochement local/national et d’asseoir la légitimité des correspondants Culture en région. C’est sur ce réseau qu’elle s’appuie pour dénicher les talents et élargir le champ des projets régionaux fédérateurs éligibles à un soutien spécifique. Car la richesse culturelle de notre association se manifeste d’abord dans le foisonnement d’activités organisées dans les sections locales par et pour les agents ; c’est là au plus près, sur le terrain, que s’expriment et se pratiquent les formes d’activités culturelles les plus larges et les plus diverses souvent encadrées bénévolement par des agents qui font partager une passion ou un talent.

En 2015, la culture a disposé d’un budget de 70 k€. 43 % ont été consacrés aux projets régionaux culturels et 57% aux événements nationaux portés par une ou plusieurs régions. Ainsi 16 projets régionaux ont été fortement soutenus. Depuis peu, une réflexion est amorcée sur la nécessité d’impliquer encore plus fortement les acteurs locaux CAES dans le développement et le soutien de leurs activités culturelles.

La commission a également favorisé le rapprochement des chorales des Clas de Strasbourg, d’Aix-en-Provence et de Marseille qui se sont retrouvées en Provence pour se produire en concert. Cette rencontre faisait suite à la venue
du “Choeur de l’horloge” d’Aix-en-Provence en décembre 2013 à Strasbourg. Plus de 50 choristes se sont donc réunis pour chanter ensemble à la chapelle des Oblats à Aix-en-Provence et à la basilique Saint-Victor à Marseille.

Dans le cadre de la thématique “Lumières” 2015, l’événement national “Pensées composées”, initié dans le mandat précédent en collaboration avec CNRS Images, a rassemblé 42 photographes des sections locales CAES. Toujours dans le cadre de cette même thématique, la participation du CAES était programmée pour la fête des lumières à Lyon puis à Montpellier ; or, le premier événement n’a pu avoir lieu suite aux attentats du 13 novembre, le deuxième en raison d’un désengagement de la municipalité. Cependant le travail des photographes impliqués dans ces manifestations a donné lieu à une exposition et les clichés seront présentés au Festival d’Oléron 2016. L’ensemble restera disponible pour toutes les sections locales qui souhaitent et peuvent l’accueillir. Enfin, la commission Culture nationale a proposé pour la première fois un stage d’écriture à la Villa Clythia ouvert à l’ensemble des agents.

Ainsi en 2015, au travers de ses nombreuses actions, la commission Culture du CAES a affirmé une réelle volonté de répondre à la demande du plus grand nombre en soutenant une culture qui, plus qu’une fin en soi, se veut une passerelle sociale conciliant les goûts et les spécificités de chacun dans le partage d’une passion commune.

 

Monique Matignon-Boujon
Présidente de la Commission

Pour les enfants, le CAES subventionne plusieurs types de séjours : colonies de vacances, séjours linguistiques, BAFA, séjours scolaires. Les services du CAES essaient de diversifier l’offre en proposant des séjours sportifs, de découverte, culturels, artistiques, scientifiques Les enfants porteurs de handicap ne sont pas oubliés et des prestations adaptées leur sont proposées.

Depuis quelques années certaines régions organisent des mini camps et des colonies. Ces séjours rencontrent un franc succès et s’appuient sur l’investissement conjoint des élus et des professionnels.

Les parents qui ne trouvent pas parmi les offres du CAES, l’accueil souhaité pour leurs enfants peuvent demander à bénéficier de la subvention administrative.

 

Colonies, séjours scolaires et Bafa

En 2015, 2 231 départs d’enfants ont été subventionné par le CAES pour un montant tarifs dégressifs de près de 728 K€, chiffre en progression.

Le CAES poursuit sa volonté de répondre aux attentes des familles en diversifiant l’offre proposée et en négociant au mieux les prestations.

 

Accueils de loisirs sans hébergement (ALSH)

Le CAES propose aux agents CNRS des accueils de loisirs, les mercredis et pendant les vacances scolaires, dans des centres entièrement gérés par le CAES et hébergés dans des locaux CNRS, dits “ALSH propres” (Bordeaux, Orléans, Strasbourg, Marseille). Mais également en partenariat avec des associations : Le Belvédères à Gif-sur-Yvette ; le CESOP à Meudon, le CESFO à Orsay, le CAESUG à Grenoble et La Doua à Villeurbanne. Pour compléter ce dispositif, le CAES passe des conventions d’accueil avec des structures locales.

Comme cela avait été pressenti dans le rapport 2014, la fréquentation de nos centres a été affectée par la mise en place des nouveaux rythmes scolaires. Toutefois, nos structures ont su anticiper et ont proposé des fonctionnements adaptés aux nouvelles contraintes des parents. Grâce à la qualité des prestations, aux lieux d’accueil conviviaux et à la pédagogie des équipes, les structures du CAES ont su fidéliser les agents, en attirer des nouveaux et amener certains à retrouver le chemin de nos ALSH
malgré les difficultés de logistique occasionnées par le découpage de la journée de mercredi.

Les jeunes peuvent pratiquer les activités comme le poney, le ski, la voile, la danse… grâce aux régions qui passent des conventions avec des structures locales dans le cadre des Activité Spécifique Enfance (ASE).

 

Accueil des jeunes dans nos villages de vacances

La présence de nurseries et les activités des clubs enfants et ados rendent nos villages très attractifs pour les familles, chacun y trouve son compte : divertissement pour les jeunes et repos pour les parents.

À travers toutes ces actions en faveur de l’enfance, professionnels et élus du CAES au siège, dans les régions, dans les Clas et dans les villages de vacances travaillent en permanence pour répondre, au plus près, des besoins des familles.

 

Jean-François Launay
Président de la Commission

2015, année de changement pour la commission du Budget et des Finances qui, à l’occasion des élections (mandat 2015-2019), change de composition avec comme membres Jean-Marie Debordes, Jacky Hirsch, Hélène Vicq et un nouveau président David Trébosc.

Nous saluons le travail de l’équipe précédente et reprenons avec enthousiasme le flambeau.

Début 2015, la commission avait travaillé sur les tableaux des remboursements du capital et des emprunts et sur des hypothèses concernant la rénovation de nos centres de vacances. Elle avait également effectué le suivi d’exécution du budget de l’année N-1 et préparé le budget revendicatif 2016.

Depuis juin, la nouvelle commission a élaboré, avec les présidents des commissions, le budget 2016 et proposé des arbitrages au Conseil d’administration avant sa validation, arbitrages nécessaires en raison d’une stagnation de la subvention CNRS malgré une évolution des coûts.

La commission a aussi élaboré un plan d’action avec de nombreux thèmes à aborder au cours de ce mandat (projet de rénovation d’Aussois, travaux sur Fréjus, remboursement des frais de déplacement, utilisation du fonds de roulement, moyens de paiement en région, dématérialisation…), tout ceci dans le cadre de ses missions et en réalisant comme chaque année, l’élaboration des budgets, l’analyse des possibilités d’investissement, le suivi de l’exécution budgétaire, les recommandations sur les engagements financiers spécifiques…

 

David Trebosc
Président de la Commission

Georges Kremer

Travaux de la commission

La commission Sections Locales et Régions a pour mission l’accompagnement des structures régionales du CAES (Régions, Clas, Seras) et la responsabilité de la répartition harmonieuse des moyens affectés aux régions par le CAES national.

Le conseil d’administration constitutif du 3/6/15 a voté la nouvelle composition de la commission : elle comprend 5 personnes dont 3 nouveaux membres. Ce nombre limité de membres entraîne un travail individuel conséquent dans la mesure où chaque membre assure seul ou en collaboration avec un membre du bureau, le suivi de 3 voire 4 régions. Lors du CA du 14/10/15, un nouveau membre s’est joint à l’équipe. Les nouveaux élus remercient ceux du mandat précédent pour leur travail et leur détermination à être à l’écoute des Régions, Clas et Seras, ainsi qu’au président dans la passation de ses informations.

Toutes les régions, Clas et Seras ont présenté, sous forme de tableau, leurs activités. Ce qui facilite l’analyse pour le calcul des points d’activité. La commission s’est réunie 5 fois, une réunion sur 2 jours pour examiner les rapports d’activité 2014 des régions afin de proposer une répartition de la subvention 2016 (votée lors du CA du 3/2/16), et les autres pour se prononcer sur le solde budgétaire 2014 et discuter de l’activité des régions au travers des comptes rendus de visites faites par ses membres. La commission a également examiné, pour avis, les demandes d’investissement et de renouvellement des régions, des Clas et des Seras pour 2016 ainsi que les demandes de reports budgétaires.

Pour la première fois, la commission a pu participer à la réunion des Présidents de Région le 4/11/15.

 

Structures

En 2015, 2 Clas ont été créés : Clas de Versailles et de Nanterre (rattachés à la Région IDF Ouest et Nord lors du CA du 12/5/15).

 

Suivi des régions et des associations

Au cours de l’année 2015, 11 régions CAES ont été visitées, par les membres de la Commission ou les élus du Bureau national. Certaines régions n’ont pu être visitées pour diverses raisons. Nous recommandons de prévoir les réunions un mois à l’avance en prévenant dans tous les cas l’administration du Siège (adm-caes@caes.cnrs.fr). Le suivi des associations (CAESUG, CESOP, CESFO, PSUC et Collège de France) est assuré par un membre statutaire du Bureau national.

 

Subvention activités diverses (hors associations)

Cette subvention se montait à 601 685 € dont 5 318 € de frais de missions alloués aux Régions éclatées (revus lors du CA du 12/5/15 pour un montant de 6 252 €).

La répartition de ce budget a été votée lors du CA du 4/2/15 en tenant compte des effectifs respectifs et des activités réalisées. En ce qui concerne les effectifs, nous nous sommes référés aux données du service des effectifs du CNRS qui mentionne 32 939 agents actifs CNRS (PPP = Personnes Physiques Présentes) au 31/12/13. Pour calculer le nombre de bénéficiaires potentiels du CAES en Région, il faut retirer de ce nombre les 4 349 membres des associations ce qui donne 28 590 actifs (21 521 permanents et 7 069 contractuels). En outre, 4 561 retraités ont été recensés à partir de Ganael. L’effectif total retenu pour les activités Régions s’élevait donc à 33 151.

L’analyse des rapports d’activité 2013 des Régions a permis d’attribuer 1 049,25 points d’activité (bonifications
pour application des tarifs dégressifs incluses). La subvention globale a été votée en budget fermé. La répartition entre Régions s’est faite sur la base 1/3 en fonction du nombre d’agents et 2/3 sur les points d’activité, ce qui a conduit à des variations pour les diverses régions comprises entre + 2,50 % et – 5,20%.

 

Conclusion

La commission SLR s’est donnée comme objectif d’être encore plus proche des Régions, Clas et Seras. De continuer les actions de nos prédécesseurs, d’être le plus à l’écoute des demandes de chacun. Lors de l’AG 2015 des idées ont été retenues, tel que faire des fiches thématiques (création d’un Clas, élections des élus d’un Clas, etc.), ainsi que de revoir les règlements intérieurs des Régions, Clas et Seras, les rôles des élus et des secrétaires professionnelles au sein des Régions, Clas et Seras. Une mission que nous allons essayer de réaliser au cours de notre mandat avec la collaboration de tous les acteurs des Caes Locaux.

 

Georges Kremer
Président de la Commission

Annick Choisier

La commission Solidarité-Handicap a deux rôles au sein du CAES :

  • une réflexion en vue d’améliorer l’action du CAES à l’égard des agents CNRS en difficulté et des personnes en situation de handicap, tout en tenant compte de l’évolution de la législation.
  • l’attribution de prêts, dans le domaine de la solidarité, et d’aides, dans le secteur du handicap.

 

Prêt Solidarité

Le prêt Solidarité à taux zéro, est attribué en fonction du caractère social d’une situation. Il est destiné au financement de frais, en relation le plus souvent avec un événement déstabilisant, affectant l’équilibre d’un budget familial.

D’un montant maximal de 5 000 € depuis 2013, ce prêt est remboursable par mensualités sur une période allant de 3 à 48 mois. En 2015, le CAES a étudié 65 demandes et accordé 51 prêts d’un montant moyen de 3 494 € pour un financement total de 178 178 €.

 

Motifs des demandes de prêts Solidarité CAES en 2015

 

Handicap

Le CAES prévoit des actions d’aide envers les personnes en situation de handicap (agents CNRS et/ou membres de leur famille ayant droit). Ces aides prennent en charge une partie des dépenses d’équipements spécialisés, d’aménagement de l’habitat et d’aides humaines. En 2015, la commission Handicap a examiné 34 dossiers, dont 17 demandes provenant de « nouvelles » familles (il s’agit d’une première demande à la commission Handicap). 33 dossiers ont été retenus pour un montant total attribué de 35 525 €. Pour un même dossier, il peut y avoir plusieurs motifs de demandes et celles-ci peuvent concerner différents membres de la famille.

 

Accueil de personnes handicapées dans nos villages de vacances

Le CAES a la volonté d’accueillir les personnes en situation de handicap accompagnées de leur famille dans les meilleures conditions possible. En 2015, 338 personnes en situation de handicap ont séjourné dans nos villages de vacances. Ces derniers proposent des logements adaptés aux personnes à mobilité réduite. Ils achètent aussi du matériel ou réalisent des travaux d’adaptation pour répondre au plus près au besoin de nos collègues en situation de handicap. La commission participe à cet effort et consacre à cet effet un budget annuel de 10 000 €.

Pour l’accueil d’enfants (majeurs ou mineurs) et d’adultes en situation de handicap dans nos villages de vacances, la commission a participé à la rémunération de moniteurs spécialisés pour 18 671 € et aux frais de séjour des tierces personnes pour 756 €, ainsi qu’au coût de l’encadrement des cours adaptés de ski pour un montant 5 756€. La commission est également intervenue pour l’accueil d’enfants en situation de handicap dans les Accueil de loisirs sans hébergement (ALSH) à Strasbourg et les colonies spécialisées ou non pour un montant de 23 524 €. D’autres ALSH en partenariat avec le CAES accueillent des enfants en situation de handicap, le surcoût de l’encadrement
renforcé est supporté par la subvention d’équilibre.

Des enfants en situation de handicap ont bénéficié de vacances à tarif préférentiel, soit sous forme de subvention administrative (46 jours pour un montant de 955 €), soit par l’intermédiaire des tarifs dégressifs (36 enfants ont participé à des colonies pour 332 jours). Un montant de 2 500€ a été versé en “aide ponctuelle” pour agents CAES.

 

Solidarité vacances

Le dispositif Solidarité Vacances a permis aux agents CNRS en grande difficulté de bénéficier, avec leur famille, de séjours de vacances dans les centres propres du CAES, selon un tarif particulier. En 2015, elle a permis d’accueillir 6 familles. La participation financière de la commission Solidarité s’est élevée à 3 567 €.

Motifs des demandes d’aide pour le handicap

 

Annick Choisier
Présidente de la Commission

Richard Kotarba

2015, année électorale pour le CAES du CNRS. Le nouveau mandat 2015-2019 prenant effet début juin 2015, l’année a été divisée : fin de mandat pour certains élus et début de mandant pour les nouveaux.

Nous remercions nos prédécesseurs élus et membres de la commission Sport – Georges Krémer, président, Pierre-Yves Canto, vice-président, Fabien Buchberger et Jean-Marie Debordes – d’avoir instruit les demandes et suivi la gestion des manifestations qui ont eu lieu pendant le premier semestre. Sur cette période, la commission s’est réunie une fois, le 30 mars 2015.

Les nouveaux membres de la commission ont été nommés lors du Conseil d’administration du 6 juin 2015 : Richard Kotarba, président, Fabien Buchberger, Luc Legeard, Chantal Menier et Jean Pennors. Le secrétariat et la gestion de la commission sont tenus par Martine Estévenet.

La nouvelle commission Sport s’est réunie le 13 octobre 2015 à Fréjus et le 16 décembre 2015 à Vincennes. Elle s’est attachée à normaliser/harmoniser les demandes de budgets 2016 qui lui ont été faites. Elle a édité son mode de fonctionnement et rappelé les règles d’éligibilités au subventionnement (Note d’application n° 04-16 : Commission Sport – Subvention d’un projet sportif).

La commission Sport a subventionné quatre manifestations sportives et fait l’acquisition de deux oriflammes, le montant total du budget utilisé pour l’année 2015 est de 10 801 €.

 

Les manifestation 2015

Le 8 mai 2015, la 5e Ronde des “Semi”

Ahmed Bentaleb et Emmanuel Texier ont organisé pour le Clas de Bordeaux avec la région Aquitaine-Poitou-Charente, la 5e Ronde des “semi” au sein du semi-marathon de la presqu’île de Lège-Cap-Ferret.

Venus de toutes les régions de France, 43 coureurs arborent les couleurs du CAES du CNRS, prennent le départ de la course, reçoivent le trophée de la première équipe en nombre de dossards du semi-marathon de Lège-Cap-Ferret, et ce en plus des quelques podiums.

La subvention attribuée pour l’organisation de la 5e Ronde des “semi” est de 2 000 €.

 

15 et 16 mai 2015, le 14e Challenge Golf du CNRS

Le Challenge national de Golf du CNRS se dispute pendant le week-end de l’Ascension et ce depuis une quinzaine
d’années.
Bernard Fertil et Jean-Claude David ont organisés, le 14e Challenge Golf du CNRS en Pays d’Aix, pour le Clas de Saint-Jérôme – Château Gombert avec la région Provence et Corse. Cette année, 54 golfeurs ont fait le déplacement pour participer aux deux compétitions disputées sur deux parcours distincts.

Déroulement :

  • le 15 mai 2015 sur le parcours du Golf d’Aix-en-Provence, se joue en rencontre individuelle le Trophée Noël-Fourdan.
  • le 16 mai 2016, a lieu la remise en jeu du Challenge Golf du CNRS, sur le parcours du golf de la Sainte-Victoire, compétition par équipe de deux, chaque région de France étant représentée par une ou plusieurs équipes.
    La subvention attribué pour l’organisation du 14e Challenge Golf du CNRS s’élève à 6 980 €.

 

25 et 28 septembre 2015, le 24e Challenge Voile de la Recherche

Organisé par Isabelle Bouchoule pour la Seras Nautique avec la région Ile-de-France Ouest et Nord.

Huit équipages (six à sept personnes par bateau) et l’équipe organisatrice ont rendez-vous en Bretagne, sur le plan d’eau de La Trinité-sur-Mer, pour prendre part aux épreuves, 4 parcours courts de type “banane”, un parcours côtier de 25 milles marins dans la baie de Quiberon et une navigation de nuit.

La subvention versée par la commission Sport est de 1 491€.

 

7 et 11 octobre 2015, la 8e Rencontre VTT de la Recherche

La Rencontre VTT de la Recherche s’inscrit dans le premier événement VTT au monde, le Roc d’Azur, qui fête chaque année au mois d’octobre l’ensemble des acteurs du cycle et du VTT. Professionnels, amateurs, débutants, adultes, enfants, “crosseurs, enduristes”… peu importe l’âge et le niveau, le Roc d’Azur est ouvert à tous, aux passionnés de longue date comme aux curieux de dernière minute.

Pour la 32e édition internationale du Roc d’Azur, la commission Sport a contribué, pour les agents vététistes séjournant dans notre village de vacances de La villa Clythia à Fréjus, à subventionner une course de leur choix.
Montant de la subvention versée 85 €.

 

Richard Kotarba
Président de la Commission

Magali Sansonetti-Diraison

La politique du CAES du CNRS en ce qui concerne le secteur Vacances, s’appuie principalement sur un patrimoine propre important et sur des conventions avec des partenaires. Cela nous permet de maîtriser au mieux les tarifs proposés, et de veiller à l’adéquation de notre offre avec les demandes des agents, elles-mêmes soumises à des contraintes économiques qui s’accentuent.

Le panel proposé aux usagers du CAES pour les vacances s’articule autour de nos 3 villages (Aussois, Oléron, Fréjus), des 2 maisons familiales (Maison des Vosges et Maison Clément), auxquels s’ajoutent des réservations possibles chez nos partenaires et en centres extérieurs, ainsi que des voyages.

De manière à satisfaire au mieux les demandes et les gouts de tous, 1200 lits sont répartis dans 5 régions très différentes. Montagne, mer ou campagne : tout est possible. Cette diversité est complétée par des conventions et des partenariats avec d’autres organismes (ORTF, Renouveau, Vacances pour Tous, VVF, Touristra, VTF …) qui proposent d’autres destinations en France et, depuis 2015, en Europe. Le CAES a réinvesti en 2015, les parts du Yotel de Cogolin, dans le Village de la Grande Baie à La Palmyre, augmentant l’offre sur la Côte Atlantique.

La réorganisation de la commission vacances dans le cadre du nouveau mandat, a vu la disparition des groupes de travail par centre, et le lancement de plusieurs axes de travail transversaux qui devraient permettre d’avoir une vision plus globale des problématiques. Le secteur vacances représente une charge de 6 958 k€ (-2%) en 2015 pour le CAES, soit près de 50% du budget global.

En 2015, le nombre de journées vacances familles reste stable 89862 (95590 en 2014), malgré le contexte économique tendu. Le chiffre d ‘affaire réalisé en 2015 (centres de vacances + centres extérieur) est en légère augmentation 3593K€ contre 3518K€ en 2014. 1 490K€ en TD, ont été consacrés aux familles pour leurs séjours dans nos centres.

Pour les Centres extérieurs et les conventions avec nos partenaires, l’enveloppe a été augmentée par le CA, et a permis de subventionner toutes les demandes parvenues au service vacances (201K€ de TD en CExt).

Le CAES national a proposé en 2015, 2 voyages de 11 jours, vers des destinations aux antipodes : le Sri lanka et le Guatemala. 30 personnes ont découvert le Sri Lanka en septembre 2015, pour un montant de 47K€ dont 14K€ de TD. Avec le Guatemala, le CAES inaugurait un nouveau type de voyages proposés aux agents. 16 personnes, pour un cout de 29K€ dont 8K€ de TD, ont vécu une expérience inoubliable. Organisé en collaboration avec une association de tourisme solidaire, ce voyage a rencontré un très gros succès, et a été plébiscité. Le coût est supérieur à un voyage « traditionnel », mais l’ouverture sur ces projets de voyages différents sera une expérience à renouveler régulièrement, car cela répond aux attentes des agents attachés à l’esprit de solidarité porté par le CAES.

Les 100K€ votés pour l’investissement en 2015 ont été insuffisants même pour mener une politique de maintien a minima de nos villages de vacances. 89K€ ont été utilisés pour les investissements et travaux courants, auxquels se sont ajoutés 6K€ au titre des aménagements handicap. Une somme de 58K€ a été consacrée à la mise aux normes des ascenseurs d’Aussois. Malgré le budget restreint, les mises aux normes et aménagements handicap ont été menées dans tous les centres, et le plus souvent en interne, grâce aux équipes d’entretien.

En 2015, un nouveau mobile home handicap a été installé sur le site d’Oléron, financé par notre partenaire CAESUG. Dans ce même village, un nouvel espace, appelé Fort Royer et réservé aux enfants, a été inauguré en juin 2015. Les travaux effectués, en interne par les équipes du site, sont une grande réussite.

Une tornade hyperlocalisée, qui a balayé la Basse-Martimpré en mai 2015, a nécessité la réparation du toit et le bucheronnage de nombreux arbres à la Maison des Vosges.

En octobre 2015, la réparation du sol autour de la piscine de Fréjus a été achevée.

Les travaux d’isolation à la Maison Clément ont été réalisés avant et après l’été par la mairie des Plantiers, pour un meilleur confort et, nous l’espérons, des économies d’énergie conséquentes.

Le projet général de téléphonie porté par le service informatique du siège a permis de remplacer les deux plus vieux standards du CAES, ceux de Fréjus et de Vincennes. Plus généralement, la solution mise en place à partir de septembre a concerné Vincennes et les trois centres de vacances les plus importants. Des investissements « réseau » sont en cours pour amélioration de la qualité de connexion dans tous les centres.

Les périodes de vacances scolaires, réservées aux familles et aux agents, peinent à répondre à toutes les demandes, jusqu’à nécessiter la mise en place de règles de sélections et de priorités. Même si les « ailes de saison » ont plus de mal à se remplir, les politiques tarifaires, avec application de réductions saisonnières, permettent à nos agents de profiter toute l’année de notre patrimoine, avec des prestations de qualités, maintenues à un très bon niveau grâce à l’implication et la motivation des équipes sur les sites.

En 2015, une nouvelle équipe – nouveau directeur et nouveau responsable hébergement – a pris ses fonctions à la Vieille-Perrotine à Oléron.

Partout, le CAES peut compter sur des équipes de professionnels qui s’impliquent fortement pour l’association. Toute l’année, les responsables de nos villages et maison, en plus des prestations familles qui sont fournies pendant les congés scolaires, organisent des semaines à thèmes et des stages : musique et raids en montagne à Aussois, photo et thalasso à Fréjus, yoga aux Plantiers etc.

Pour que les coûts nécessaires au fonctionnement des centres ne pèsent pas entièrement sur les familles : nos villages et maisons de vacances accueillent, hors saison, des colloques, groupes et réunions.

Le nombre de journées « colloque » réalisées est en légère baisse (16328 en 2015 contre 17748 en 2014, avec néanmoins une progression pour Aussois, qui avec son ouverture toute l’année, reste le centre qui accueille le plus de colloques).

Le CAES accentue depuis 2015 sa politique globale d’investissement, pour optimiser l’entretien de notre patrimoine, lance des programmes de travaux pluriannuels dans tous les centres, tout en préparant des projets plus lourds de réhabilitation notamment à Aussois.

On notera le démarrage de l’étude pour la réhabilitation du Centre Paul-Langevin, confiée au cabinet Protourisme, lancée en décembre 2015.

 

Magali Sansonetti
Présidente de la Commission

Pour le secteur en convention, le CNRS en définit les règles, le fonctionnement, et abonde les enveloppes budgétaires pour le réaliser, le CAES assurant l’instruction des dossiers.

 

Prêts à l’amélioration de l’habitat

Le CAES gère les prêts principaux pour les agents CNRS ne bénéficiant pas des prestations familiales (non-allocataires) et les prêts complémentaires pour les agents CNRS (allocataires ou non). Ils sont accordés sur proposition des services sociaux des délégations régionales, pour une durée maximale de 36 mois. En 2014, 6 prêts ont été accordés pour un montant de 7 624 €.

Prêts bonifiés pour l’accession à la propriété (PABP)

Dans le cadre de la mobilité, 30 dossiers de prêts bonifiés d’accession à la propriété ont été réglés en 2015, pour un montant global de bonification de 177 422€.

 

Chèque emploi service universel (CESU)

Cette prestation fait l’objet d’un intérêt grandissant de la part des agents. L’enveloppe prévue par le CNRS en 2015 a permis d’instruire 1 486 dossiers, soit 806 enfants de 0-4 ans, 403 enfants de 4-11 ans et 277 en récurrents-ponctuels-handicap répondant à la demande de 1 108 agents. Le montant de la bonification a été de 354 256 €, soit un taux moyen de 319,73€ par agent.

 

Chèques-Vacances

En liaison avec l’Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV), le CAES assure la gestion et la délivrance des Chèques-Vacances aux agents ayants droit. En 2015, 1009 dossiers de Chèques-Vacances à terme échu ont été traités contre 1000 en 2014. Le montant de la bonification a été de 217 995€, soit un taux moyen de bonification par dossier de 216.05€, contre 218.76€ en 2014.

 

Marie-Hélène De Almeida
Responsable Service Secteurs en convention

Tien Phuoc Cao

2015, vers la transformation numérique du CAES

Au cours de cette année 2015, le service informatique a réalisé et mis en place 2 projets importants.

Le premier chantier concerne la téléphonie : nous sommes passés de la téléphonie standard (analogique) à la Téléphonie sur IP “TOIP” au siège à Vincennes et à la Villa Clythia à Fréjus. Tandis que les villages de vacances d’Aussois et d’Oléron sont passés à la Voix sur IP.

Outre les avantages liés à la réduction des coûts de communication et de maintenance, la TOIP nous apporte plus de flexibilité dans la gestion des communications téléphoniques grâce à la convergence voix / données ainsi que de la convergence fixe / mobile.

La deuxième réalisation porte sur la dématérialisation de la commande des Chèques-Vacances, une nouveauté très attendue par les agents CNRS bénéficiaires de cette prestation. En effet, huit commandes de Chèques-Vacances sur dix nous arrivent maintenant via le canal web.

Grâce à la commande en ligne, nous avons pu raccourcir le délai de traitement des dossiers, 50% des dossiers sont traités et les bénéficiaires informés dès le 1er mois au lieu de 3 mois l’année dernière.

Cette mise en place s’est accompagnée d’une refonte totale de notre espace “moncompte” devenu totalement “responsive web design”, autrement dit : une interface adaptable à tous les périphériques nomades d’aujourd’hui.

D’une manière générale, les nouveaux outils mis en place ont pleinement contribué à la qualité du travail des gestionnaires et à l’amélioration du service apporté aux agents.

 

Cho Yang
Responsable Service Informatique

Patrick Mussot

La commission Gestion des ressources humainres (GRH) élabore la politique du CAES en matière de gestion des ressources humaines, dans le cadre du droit du travail et en concertation avec la direction du CAES. La commission se réunit en moyenne 4 à 5 fois par an ; elle traite de différents points tels que : analyse des données RH (CAES et CNRS), étude de l’évolution de la masse salariale, préparation des textes pour les élections CE et DP (délégation unique), orientations générales de la formation, plans de formation CNRS et CAES, cumul emploi-retraite, document sur les emplois repères, nouvelles modalités pour l’utilisation du compte épargne temps pour le personnel CAES, révision des organigrammes (Siège et Régions), utilisation du télétravail pour le personnel CAES, gestion prévisionnelle des emplois, révision du règlement cadre national des personnels employés par le CAES et du règlement intérieur de l’UMS2927 CNRS-CAES…

 

Données RH CAES du CNRS en 2015

L’effectif du personnel employé par le CAES connaît une légère inflation et atteint, en 2015, un total de 326 (318 en 2014, 317 en 2013), dont 69 postes (21%) sous contrat à durée indéterminée. L’emploi majoritaire des 4/5 de l’effectif en contrat d’usage à temps partiel (Région) ou en contrat saisonnier (village de vacances) pour les activités de l’association, ramène l’effectif à 95 équivalents temps plein travaillé (ETPT) contre 93 ETPT en 2014 (+2%) et 92 ETPT en 2013.

 

Le nombre d’agents affectés par le CNRS à l’UMS est de 61 en 2015 contre 58 en 2014 et 64 en 2013, pour un équivalent temps plein travaillé de 54,28 contre 56,79 en 2014 (- 4,4%) et 57,45 en 2013, traduisant une baisse continue depuis plusieurs années. Globalement, le nombre d’ETPT au sein du CAES (personnel de droit privé + agents CNRS) reste stable (149,28 en 2015, 149,79 en 2014 et 149,45 en 2013).

Formation

En 2015, la direction du CAES a fait un effort particulièrement important en matière de formation : en effet, la dotation correspond à 4,75 % de sa masse salariale brute globale (MSBG) contre 3,05% en 2014, soit 131 873 € contre 78 112 € en 2014 (+ 69%). Ainsi, 77 (contre 58 en 2014, + 33%) salariés CAES (37 hommes et 40 femmes) ont pu participer à une ou plusieurs actions de formations individuelles ou collectives et 16 agents CNRS (3 hommes et 13 femmes) ont bénéficié de formations financées par le CAES.

Le CAES du CNRS a instruit 46 actions de formations :

  • 28 formations individuelles pour un total de 612 heures,
  • 18 formations collectives pour un total de 257 heures.
    Toutes les catégories socio-professionnelles présentes au CAES du CNRS ont été concernées par la formation.

Un contrat de professionnalisation et un contrat d’apprentissage sont en cours de réalisation au siège à Vincennes. Un contrat de professionnalisation est également en cours au centre Paul Langevin à Aussois.

 

Promotions

En ce qui concerne le personnel CNRS affecté à l’UMS CNRS-CAES, 10 agents ont bénéficié d’un changement d’échelon accéléré et 1 agent a bénéficié d’un changement de grade au choix.

La commission paritaire CAES a examiné les dossiers des personnels permanents et des saisonniers titulaires : 28 demandes d’échelon accéléré, 5 demandes de changement de classe et 1 demande de changement de niveau ont été retenues.

Ces évolutions de carrière ont été adoptées par le Bureau national du CAES.

 

Patrick Mussot 
Président de la Commission

LES RAPPORTS DU MANDAT 2015-2019

Rapports annuels 2016

Rapports annuels 2017